Vendredi 6 février : Château de Mérande “Un trésor de Savoie”

Vendredi 6 février 2015

Dégustation Château de Mérande

La Savoie se découvre

Merande

 

Voilà l’une de nos dernières belles découvertes, les vins du Château de Mérande nous ont littéralement séduit lors d’un salon de vignerons en plein cœur de la Bourgogne. Le vin de Savoie est malheureusement méconnu dans notre région où l’on y pense uniquement lors des mois hivernaux pour accompagner des préparations culinaires à base de fromage.

Le Château de Mérande se situe à Arbin, petite commune de Savoie, située sur la voie romaine reliant Vienne à Rome, où la vigne était déjà présente au II siècle. Cultivé ensuite par les moines du prieuré d’Arbin dépendant de Cluny puis par les Chartreux, le vignoble s’étendait avant la crise de phylloxéra sur plus de 200 hectares. Le Château de Mérande, propriété de la famille Genoux depuis des générations, s’attache à produire des vins blancs et rouges à forte personnalité, sur des coteaux entre 250 et 300 mètres d’altitude. Les 12 hectares du domaine sont cultivés selon les principes de la biodynamie. Les travaux  sont réalisés à la chenillette, au treuil ou à la traction animale, compte tenu des pentes sur lesquelles les vignes ont pris racines.

Avec 2200 hectares, la Savoie représente les deux tiers d’une appellation comme Châteuneuf-du-Pape. 22 crus répartis sur 4 départements. Les vins sont élaborés à partir de 23 cépages dont 7 que l’on ne trouve qu’en Savoie. Avec 70 % de vins blancs, dont l’encépagement principale est la Jacquère, la Roussanne (ou Bergeron), la Roussette (ou Altesse) ou le Chasselat, chaque amateur y trouvera son bonheur. Pour les rouges, le Gamay, la Mondeuse, le Pinot Noir et le Persan, complètent le tableau. Vignoble essentiellement de coteaux, le plus souvent sur des moraines glaciaires ou sur des éboulis. L’exposition est très influente sur la qualité des raisins qui au vue de la dispersion des vignobles, donnent une grande diversité de vins.

Si l’on en croit la plupart des publications actuelles, les vins de Savoie sont une aimable anecdote sur fond de carte postale enneigée. Le discours habituel fait généralement état de vins frais et légers, “à boire jeune”, dont la principale qualité consiste à accompagner fondues et raclettes après une journée de ski.

Nous vous ferons donc déguster:

Deux blancs :

Roussette de Savoie “Son Altesse” 100 % Roussette. Nez floral s’ouvrant sur des notes d’agrumes, d’ananas et de poire. La bouche est fraiche et souple, légèrement citronné. Idéal sur un carpaccio de Saint Jacques, truite aux amandes, tomme savoyarde.

Chignin BergeronLe Grand Blanc” 100 % Roussanne. Robe jaune pale, nez de fleurs blanches de miel et légèrement abricoté. La bouche est pleine de fruits jaunes juteux. La finale est fraiche et vive. A accorder sur un filet de fera aux câpres, une poularde sauce poulette.

Et un rouge :

Arbin “La Belle Romaine” 100 % Mondeuse. C’est l’âme de la Savoie que l’on retrouve dans ce flacon. Toute la fraicheur de la montagne. Un bouquet exceptionnel de rose, d’épice douce et de cèdre. La bouche est tonique et sapide, mêlant le cassis au poivre blanc. A marier avec de la charcuterie, des viandes rouges et pourquoi pas avec un foie gras poêlé.

“Le vignoble savoyard forme une mosaïque complexe au gré des différentes vallées dans lesquelles il est établi en îlots plus ou moins importants. Cette diversité géographique se retrouve dans les variantes climatiques, accentuées par le relief ou tempérées par le voisinage des lacs Léman ou du Bourget”.

Dégustation vendredi 6 février de à partir de 10 h.

A cette occasion bénéficiez de 10 % de remise à partir de 6 bouteilles achetées.

 

Pin It on Pinterest